Pourquoi trier ses déchets ?

Sans tri, pas de recyclage ! 50 % de nos déchets ménagers sont des matières premières !
Trier les déchets recyclables, c’est assurer leur transformation en nouveaux objets et économiser les ressources naturelles. Le tri sélectif permet également de réduire les dépenses pour les collectivités puisque le Smédar a baissé le tarif du traitement d'une tonne de déchets recyclables à 0 € depuis 2013.

Économiser les matières premières

Augmentation du nombre d’habitants, changement des modes de consommation, la société évolue et la production de déchets croît en conséquence. En réponse aux difficultés rencontrées par les collectivités chargées du traitement, le recyclage est apparu comme l’une des solutions au début des années 1990. Requalifiés comme des nouvelles matières premières, les emballages et le papier ne sont plus des déchets. Mais sans tri pas de recyclage ! Car lorsqu’ils sont mélangés aux autres déchets ménagers, la récupération des emballages et des papiers est impossible pour les collectivités.
Ainsi, pour recycler, il faut trier. Point de départ de toute la chaîne, le tri à la maison est incontournable. En suivant des consignes de tri simples au quotidien, chacun se positionne comme un acteur de la protection de l’environnement.

La collecte sélective est réalisée de deux façons selon les communes : en porte-à-porte ou en apport volontaire. Bien que plus contraignante, cette dernière solution est souvent choisie en milieu rural compte tenu des coûts de collecte, plus important lorsque l’habitat est dispersé.
Dans la plupart des cas et quel que soit le mode de collecte, le verre est récupéré séparément dans des bacs ou des colonnes réservées à ce matériau.

Pour réduire les coûts de traitement

0 €, voici ce que facture depuis 2013 le Smédar pour le traitement d’une tonne de déchets recyclables. Ce tarif, bien moins élevé que celui appliqué pour les ordures ménagères (lui-même en dessous de la moyenne nationale), permet de réduire les coûts de traitement pour les collectivités.

En effet, tous les emballages recyclables sont revendus aux filières de valorisation sélectionnées par le Smédar, dans le cadre du « barème E » contractualisé avec la société Eco-Emballages. Le « Barème E » garantit au Smédar le versement de soutiens financiers, qui réduisent de façon conséquente le coût du recyclage.

Ces soutiens sont d'une grande importance pour les collectivités locales. Ils permettent de contribuer à l'amortissement des dépenses générées par la mise en collecte sélective (achats des conteneurs, des bacs ou des sacs) et d'autre part, de diminuer les charges liées au transport et au traitement de ces déchets au centre de tri.

Ces derniers sont variables : ils fluctuent en fonction des performances de tri des habitants.

Par ailleurs, la vente des matériaux génère également des recettes : 2,55 millions d’euros en 2013. Pour la même année, les soutiens se sont élevés à 3,32 millions d’euros.

L’ensemble de ces recettes impacte directement les tarifs de traitement des déchets recyclables. Ainsi, plus la quantité de déchets triés acheminés au centre de tri est élevée, moins le coût du traitement pour les ménages est important.
Le tarif appliqué par le Smédar aux collectivités investies de la compétence collecte tient compte des recettes (vente + soutiens). Comme le démontre le graphique ci-dessous, une baisse constante est effective depuis plusieurs années, jusqu’à atteindre 0 € depuis 2013 pour tous les adhérents.

2008-2014 : Évolution des tarifs de tri, transport et traitement,
pour les déchets ménagers recyclables (En €/Tonne)